Mission « Fluctuat nec mergitur »

L’eau qui s’écoule dans le caniveau est devenue verdâtre, virant par endroits au marron. Un amas d’algues, de déjections, on l’espère, canines — qui ont visiblement bien fermenté  — s’agglutine entre les roues des Vélib’ faisant barrage par la même occasion aux innombrables mégots ainsi que divers détritus… Certains se surprennent à marcher dans une flaque. En effet, le débit étant tellement important que ce torrent sort de son lit puis établit sur le trottoir une mare où les enfants s’amusent à tremper la main, elle a l’air bonne !

Deux amoureux intrigués demandent au restaurateur si la bouche de lavage est active depuis longtemps ? « Plus de 15 jours » selon ses dires, puis il continue : « la mairie a été appelée à trois reprises », cependant l’eau coule toujours.

Ce n’est pas par conviction écolo mais plutôt avec bon sens, que ces jeunes se mirent en tête de chercher une pince pour fermer cette vanne. Après avoir arpenté les alentours, à la recherche d’une quincaillerie, ou d’un artisan susceptible d’avoir l’outil prodigue. Ils rencontrent Jeff, ce fameux restaurateur qui leur propose une pince et un marteau. Touché du fait qu’ils soient chagrinés par une fuite qui ne concerne aucunement leur immeuble, il abandonne son établissement et tient à les accompagner dans cette quête des plus honnêtes.

Remontant tous ensemble les deux pâtés de maisons pour atteindre la source qui verse à flots.  

Dix minutes de tentatives infructueuses, où Jeff se blesse et s’ouvre la main, il persiste, un jeune homme prend le relais, en vain, la pince n’accroche pas en raison de l’abondance ce qui empêche une bonne prise.

Une voiture d’agents de la police municipale de la Mairie de Paris passe et observe le petit ruisseau mais repart aussitôt.

Le jeune homme prend la direction du commissariat, à deux pas de là. Sur recommandation d’un policier, il appelle les pompiers et se fait rembarrer ainsi « ce n’est pas de notre ressort, voyez avec la Mairie, nous on n’a pas le temps de s’occuper de ça ». Les hommes du feu devaient être sûrement débordés dans les préparatifs du Bal des pompiers qui a lieu en cette veille du jour de gloire !

Enfin, un policier du commissariat, sensible à cette démarche décide d’appeler avec sa hiérarchie la mairie, ils promettent d’intervenir. Huit heures plus tard, après avoir activé de nombreux leviers, l’eau a cessé de couler.

Mission extraordinaire terminée — avec mention « Fluctuat nec mergitur ».

Bien joué, Messieurs les policiers !

Daniel Latif

Une réflexion sur « Mission « Fluctuat nec mergitur » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *