« Ici, c’est Napoli »

« Il ne faut pas comparer par rapport aux autres villes que tu peux connaître » me prévient d’emblée Sybille, alors que nous venons de prendre place à bord d’un taxi à l’aéroport.

Assis à l’avant, j’observe ce scooter qui vient de s’arrêter à mon niveau. Deux amoureux, sans casque. Au guidon, un charismatique jeune homme en tee-shirt, prêt à démarrer en trombe, me lance un regard. Une proximité qui embarrasserait l’européen moyen et gênerait les scandinaves. On se regarde et spontanément l’on se dit : « ciaaaooo ! ».

Derrière lui, la demoiselle n’a d’yeux que pour son téléphone. Pianotant à deux mains, complètement absorbée, on admire la désinvolture de la sulfureuse qui ne craint encore moins de faire le sac de sable au premier coup d’accélérateur.

Arrivé devant l’église Sainte Marie, un homme m’observe, le regard défiant et plus qu’insistant. « Buongiorno » lançai-je aussitôt. Son visage s’adoucit et sa voix suave pleine de chaleur enchaîne : « bonjour, je m’appelle Gennaro, d’où venez-vous ?
— Parrigi, rétorquai-je fièrement avec mes maigres connaissances en italien
— Ah, j’aime beaucoup Paris, continue-t-il en français. Surtout le Paris Saint-Germain. C’est votre première visite ici ?
— En Italie non, mais ma première fois ici à Naples
— On n’est pas en Italie, ici c’est Napoli ! »

Car, ici, les portes — surplombées d’imposantes statues — sont hautes et impressionnantes, le porche annonce les prémices de grands palais. L’architecture est théâtrale, les églises foisonnent à chaque coin de rue, et les monuments d’une telle majestuosité qu’ils en ridiculiseraient les plus grands chefs-d’œuvre parisiens.

A Napoli, lors d’une remontée de rues pavées à l’ombre du linge étendu sur les balcons, vous vous enivrez d’une alliance de ces senteurs d’épices et parfums de lessives. 

« Dis-moi ce qui te fait plaisir et je te le cuisine ». On a beau croire qu’il faut s’adapter, mais, ici, on est aux petits soins lorsqu’il s’agit de gastronomie. Comme dans l’épicerie fine, Ciro Amodio, sur la Via Nardones, c’est le patron Enzo, qui prépare toutes les spécialités locales : tartines de tomates du Vesuvio, Mozzarella Bufala, aux côtés d’un très large choix de charcuteries ou encore les friarielli, ce légume typique napolitain.

« DIS-MOI CE QUI TE FAIT PLAISIR ET JE TE LE CUISINE »

Un peu plus haut dans la vieille ville, chez Nennella, une ancienne pizzeria, la Margherita est faite avec amour sous vos yeux en trois minutes pour 2,50 euros et l’ingrédient supplémentaire, c’est cadeau ! Un goût disproportionné eu égard son prix, mais surtout une véritable pizza à la cuisson parfaitement maîtrisée qui laissera toutes les autres versions que vous aviez dégusté en France à désirer.

Direction Sano sano. Y déguster une mousse de café glacée et pour les plus gourmands, l’incontournable glace italienne.

C’est la nuit à Napoli, les rues sont calmes et tout va bien. Il fait toujours chaud, en témoigne ces amoureux lovés qui « vont te faire un bébé sur le banc » s’amuse cette touriste française les regardant avec envie. Plus que de l’amour, il s’agit sans doute de passion, au sens le plus noble.

Le temps d’une déambulation nocturne afin de prendre le recul nécessaire et digérer la complexité et la beauté d’une ville des plus authentiques. 

C’est sûrement ça, la dolce vita.

Daniel Latif
Photos : DL/DR

Évasion estivale aux Beaux-arts

Ce sont les jours caniculaires et ce soir-là, aux Beaux-arts de Paris, pendant les portes ouvertes, tout était permis pour se rafraîchir. Les crèmes glacées faites maison ou l’ambiance pool party en maillot de bain autour d’une piscine gonflable n’ont rien changé à l’atmosphère et la chaleur accablante.

Plus loin, dans la cour, les visiteurs se trouvent médusés devant deux écrans télé derrière lesquels Pierlouis Clavel et Élise effectuent une performance derrière des grilles sur fond vert.

Pierlouis interprète A60, un personnage au côté brut, beauf et excessif qui ne parle de bagnole mais il est sensible et s’exprime dans un enclin mélancolique et poétique s’adonnant volontiers aux sonorités et autres figures de style : « j’ai 6 cylindres dans mon cœur. Passez moi vos 0-6 » chante-t-il.

Les spectateurs amusés se prennent au jeu et restent devant les écrans où l’on voit les artistes incrustés au volant d’une voiture rouge parcourant une forêt interminable. Plus qu’un montage ou un trompe l’œil, le spectacle d’improvisation fascine et produit « une véritable madeleine de Proust » décrypte Pierre Delmas, diplômé des Beaux-arts, qui se remémore le clip musical de Kraftwerk, Autobahn.

Dans l’audience, certains confessent leur envie de prendre la route, partir en voyage. D’autres, pris dans une torpeur, prennent au sérieux cette volonté d’échappatoire puis franchissent la grille pour prendre place à bord de l’auto virtuelle, prendre le micro.

« Je ferais chauffer et crisser les pneus, comme ils pleurent et chantent, 
Dans des paysages estival et chaud,
Le goudron nous brûle
Nous marque au fer
Quand on roule
Tout est houle
Le vent et les vagues
J’ai une vague idée de la route
Que je dois suivre pour la suite
Mais je vous invite dans mes berlines si sensible
Je serais votre guide » 

Une interaction à partir d’une grille rappelant la frustration de l’univers des circuits automobiles avec un écran qui a permis à A60 et Élise de présenter leurs musiques et leur univers dans un cadre en mouvement où l’on s’affranchit « du rapport de force que l’on retrouve dans un concert entre la scène et le public, on se protège de vous comme on vous protège de nous, comme des lions en cage »

Daniel Latif

Mazda MX-5 « 30e anniversaire » : que du lourd, rien de relou

« Quelle est ta préférée ? » me lança soudainement Lola, émue par ce défilé incessant de superbes cars et autres grosses cylindrées. Démonstration de force ou bisous sur les muscles, difficile de faire un choix… Puis, au milieu de cette parade, tout en me tendant le spray de crème solaire, arrive une trentaine de Mazda MX-5 : « voilà ma favorite ! » lui assuré-je.

De toutes les sulfureuses présentes sur le circuit de Zandvoort, Lola peinait à croire que mon cœur ne balançait pas pour ces Porsche GT3 RS, BMW March M1 ou encore cette Audi R8 Safety Car qu’elle ne cessait d’admirer. Qui aurait cru qu’un simple petit roadster, équipé d’un moteur 2.0L de 184 ch puisse déclencher depuis 1989 une passion chez les puristes de l’automobile ?

Et pour fêter ses 30 ans, et plus d’un million d’unités produites à travers le monde, Mazda a sorti une édition MX-5 spéciale « 30th anniversary » limitée à 3 000 exemplaires. Reconnaissable par son badge latéral et numéroté, mais surtout par sa couleur « Racing Orange » qui a le mérite de créer le débat. Au choix sur la palette colorimétrique, certains s’irritent d’y voir la teinte de « l’opérateur de télécommunication qui en a volé le nom », le coloris « des supermarchés Migros », l’enseigne « Point.P » pour ce Monsieur adepte du bricolage, tandis que cet aficionado du cabriolet la trouve « bourrée de vitamines » ou pour les plus enthousiastes, dont je fais partie : « Orange Lamborghini ».

La réussite et la longévité de ce que les intimes surnomment affectueusement la « Miata » serait le fruit d’une collaboration entre un « journaliste automobile et les ingénieurs de chez Mazda en vue d’élaborer le roadster prodigue » confesse Philippe Geffroy, Président de Mazda France, qui nous expose la recette du cahier des charges : « un design attractif, un poids contenu et une propulsion avec un moteur en position centrale à l’avant ».

Le résultat sur route est plus que bluffant et rend la voiture très agile, ce qui lui permet de tenir remarquablement bien l’allure dans les virages. Assis bas, très bas, on se prend au jeu de retrouver le fameux plaisir de conduire et de passer les rapports avec cette adorable, mais non moins précise et onctueuse, boîte de vitesse 6 rapports.

Lorsque vous pénétrez à bord de la Mazda MX-5, édition 30ème anniversaire, vous avez cette sensation de vous lover dans une voiture où règne le cuir et l’alcantara avec cette touche discrète des surpiqûres s’étendant le long des portes puis le volant en passant par le levier de vitesses — poussant le souci du détail jusqu’à customiser les étriers de freins à disque Brembo en orange également. Toute cette architecture optimisée, pour le plaisir de conduire, répond à un état d’esprit propre au constructeur japonnais : « jinba ittai », autrement dit : la volonté de faire corps avec la voiture.

Elle a ce côté qui rappelle un bolide de course, mais ici, ce serait un jouet qu’on n’aurait pas envie de mettre sur un circuit. Un cabriolet donnant l’envie de s’échapper, partir en road-trip à travers ces villages et montagnes sur la route des Grandes Alpes. Voir les paysages défiler, s’arrêter puis observer ce troupeau de moutons et prendre le temps de s’émerveiller devant les pâturages. Se plonger dans les Rêveries du conducteur solitaire à bord d’une Mazda MX-5 et en croiser cette dame à bord d’une MX-5 de génération précédente, qui ne manquera pas de vous saluer spontanément. À La recherche de ce truc perdu, ce petit signe de reconnaissance qui vous fait ressentir plus que de la chaleur humaine : l’esprit de famille. Voilà de quoi très certainement inspirer Claude Lelouch dans le tournage d’un prochain long métrage, qui sait ?

Partir à montagne ou la mer, peu importe, pourvu que l’on décapote. Insouciants, cheveux aux vents, avec le bon son des neuf enceintes Bose — y compris dans les oreilles grâce aux haut-parleurs intégrés dans les appuis-tête. Tout cela, évidemment, sans oublier de se protéger… au risque de cramer et devenir orange comme la bagnole !

Daniel Latif

Mission « Fluctuat nec mergitur »

L’eau qui s’écoule dans le caniveau est devenue verdâtre, virant par endroits au marron. Un amas d’algues, de déjections, on l’espère, canines — qui ont visiblement bien fermenté  — s’agglutine entre les roues des Vélib’ faisant barrage par la même occasion aux innombrables mégots ainsi que divers détritus… Certains se surprennent à marcher dans une flaque. En effet, le débit étant tellement important que ce torrent sort de son lit puis établit sur le trottoir une mare où les enfants s’amusent à tremper la main, elle a l’air bonne !

Deux amoureux intrigués demandent au restaurateur si la bouche de lavage est active depuis longtemps ? « Plus de 15 jours » selon ses dires, puis il continue : « la mairie a été appelée à trois reprises », cependant l’eau coule toujours.

Ce n’est pas par conviction écolo mais plutôt avec bon sens, que ces jeunes se mirent en tête de chercher une pince pour fermer cette vanne. Après avoir arpenté les alentours, à la recherche d’une quincaillerie, ou d’un artisan susceptible d’avoir l’outil prodigue. Ils rencontrent Jeff, ce fameux restaurateur qui leur propose une pince et un marteau. Touché du fait qu’ils soient chagrinés par une fuite qui ne concerne aucunement leur immeuble, il abandonne son établissement et tient à les accompagner dans cette quête des plus honnêtes.

Remontant tous ensemble les deux pâtés de maisons pour atteindre la source qui verse à flots.  

Dix minutes de tentatives infructueuses, où Jeff se blesse et s’ouvre la main, il persiste, un jeune homme prend le relais, en vain, la pince n’accroche pas en raison de l’abondance ce qui empêche une bonne prise.

Une voiture d’agents de la police municipale de la Mairie de Paris passe et observe le petit ruisseau mais repart aussitôt.

Le jeune homme prend la direction du commissariat, à deux pas de là. Sur recommandation d’un policier, il appelle les pompiers et se fait rembarrer ainsi « ce n’est pas de notre ressort, voyez avec la Mairie, nous on n’a pas le temps de s’occuper de ça ». Les hommes du feu devaient être sûrement débordés dans les préparatifs du Bal des pompiers qui a lieu en cette veille du jour de gloire !

Enfin, un policier du commissariat, sensible à cette démarche décide d’appeler avec sa hiérarchie la mairie, ils promettent d’intervenir. Huit heures plus tard, après avoir activé de nombreux leviers, l’eau a cessé de couler.

Mission extraordinaire terminée — avec mention « Fluctuat nec mergitur ».

Bien joué, Messieurs les policiers !

Daniel Latif

Carte postale automobile

Je reçois ce sms mystérieux d’Étienne : « possible que je fasse une session photo Paris by night » . Le rendez-vous est pris place de la Concorde.

C’est le moment crépusculaire, Étienne, appareil photo en main, est déjà en train d’immortaliser la Porsche GT3 RS dans cette place aménagée exclusivement pour les automobilistes. « On ne sait pas faire des places à Paris, il n’y a plus cette place où l’on se rencontre » regrette Alex, ce natif parisien en pleine déambulation. En effet, il reste très difficile pour les passants de saisir et apprécier cette place où l’on a vue à la fois sur l’Assemblée nationale, la tour Eiffel, l’ambassade des États-Unis d’Amérique, l’Automobile Club de France, l’église de la Madeleine, le jardin des Tuileries et trois immense bâches publicitaires pour le dernier téléphone Samsung Galaxy.

Trois étudiants en école d’ingénieur aéronautique, en train d’admirer chaque angle de la sulfureuse, dissertant sur les mécaniques de la GT3 RS ont fini par s’interroger pour savoir si le prix des trois immenses pancartes publicitaires qui brisent l’harmonie de ce beau Paris la nuit pouvait couvrir les frais d’acquisition d’une telle supercar.

Le soir, le charme opère dans la capitale. La circulation est fluide, on reprend plaisir à se déplacer à travers la ville.

ILS N’ONT D’YEUX QUE POUR ELLE…

Qu’ils soient parisiens, policiers, de passage, passionnés, touristes et même experts, comme ce pilote qui travaille pour le constructeur allemand… ils n’ont d’yeux que pour elle ! Mais ce sont essentiellement des femmes, qui veulent absolument avoir leur photo aux côté de ce bijou automobile.

Tous, on fait le détour et pris le temps de venir l’admirer, l’approcher, discuter puis saisir cette carte postale automobile d’une Porsche GT3 RS dans Paris, la nuit.

Nous prenons la direction de la rue Mouffetard. Tous les commerces sont fermés, les quelques lanternes éclairent les poubelles disséminées ça et là devant les rideaux de fer. Bercé par la généreuse mélodie du 6 cylindres de 520 chevaux qui résonne sur les pavés et façades extérieures. Il est minuit passé, l’heure est à la flânerie pour ces couples qui défilent dans ce  cadre singulier qui rappelle l’ambiance ténébreuse du jeu vidéo Batman returns sur Super Nintendo. Soudain, surgit à l’angle de la rue de l’Arbalète cette femme tout droit sortie d’un Cosplay habillée en Harley Quinn, qui, scotchée au téléphone s’interrompt et lance : « attends, je te laisse, il y a une voiture… euh, je te rappelle ! ».

harley quinn

Aussitôt elle enchaîne : « Oh hé, salut bébé ! ». La glace est aussitôt brisée. Puis, cette étudiante à la Sorbonne nouvelle soulève sans le savoir une question certes anodine mais non moins philosophique : « M&M’s ou Wasabi ? ». Nous consultons le regard professionnel du photographe, la réponse fuse : « wasabi ! ».

Le débat est lancé, les passants sondés et les réponses ont de quoi déconcerter : « Tortue Ninja, mojito, guacamole ou pomme granny »
Et voilà comment une créature à l’aileron notoire a, l’espace d’une nuitée, intrigué, rapproché les gens, amusé et surtout fédéré les couples dans une vision surréaliste de l’amour qu’ils auront immortalisé à la façon d’une carte postale où l’élément central n’est ni une place, ni un monument mais ni plus ni moins qu’une automobile. Maintenant place à l’amour.

Daniel Latif

Il reste encore du poisson

L’histoire a tout d’un poisson d’avril, et pourtant… Les media ont saisi dans leur filets un « beau poissonnet ». Pour certains, il s’agirait même de caviar…


L’histoire a tout d’un poisson d’avril, et pourtant… Les media ont saisi dans leur filets un « beau poissonnet ». Pour certains, il s’agirait même de caviar. Au vu du gabarit, l’on est sur un Béluga survitaminé en Oméga 3. Dépourvu d’OGM ? Sans garantie du gouvernement.

Notoirement connu par ses Chefs, pour ses qualités de vrai poisson nettoyeur : les petites larves, c’est son affaire.
Mais sa spécialité : les menues sardines qui nagent à contre courant. Après leur avoir mis deux pains, il en fait du Filet-O-Fish. Un petit péché mignon l’a perdu. Autrefois, heureux comme un poisson dans l’eau… Maintenant, il est presque sur le grill.

Le Chef Maquereau reste muet comme une carpe. Il ne se fait aucun sushi, car il a envoyé son Colombo pour noyer le poisson. Pendant ce temps-là, dans les bas-fonds espadons et piranhas se chargent d’appeler au calme et de respecter la tranquillité de leur écosystème.

Comme à son habitude, le banc de poissons tournera en rond dans son bocal, et, contrairement aux éléphants, même s’il n’est pané de la dernière pluie, oubliera rapidement.

Marre d’être pris pour des andouilles, d’aucuns auront beau crier « cétacé » !

Rassurez-vous, il reste encore de l’anguille et du requin.

Daniel Latif
Illustration : Camille Gaudefroy

BlackBerry « KEY2 » double

« Ça existe encore BlackBerry ?! », telle est l’éternelle ritournelle à laquelle je suis confronté à chaque fois que j’utilise mon téléphone…

N’en déplaise aux dévots de l’iPhone — qui auparavant me lançaient leur fameuse réplique : « quand est-ce que tu te décides d’avoir un vrai téléphone ? ». Oui, BlackBerry existe toujours et continue encore à sortir des téléphones sous Android ! Ce n’est pas une nouveauté, mais juste un rappel pour ces esprits intolérants ou ceux qui vivraient sur une autre planète.

« Ça existe encore BlackBerry ?! », telle est l’éternelle ritournelle à laquelle je suis confronté à chaque fois que j’utilise mon téléphone…

N’en déplaise aux dévots de l’iPhone — qui auparavant me lançaient leur fameuse réplique : « quand est-ce que tu te décides d’avoir un vrai téléphone ? ». Oui, BlackBerry existe toujours et continue encore à sortir des téléphones sous Android ! Ce n’est pas une nouveauté, mais juste un rappel pour ces esprits intolérants ou ceux qui vivraient sur une autre planète.

La vision du smartphone iconique soulève toujours autant de nostalgie auprès de ses anciens possesseurs que d’affront de la part de ses détracteurs. N’ayant d’yeux que pour leur Pomme, il est cependant éblouissant de voir comment ces derniers ne se lassent point à défendre de façon plus ou moins malhonnête un téléphone sur-marketé et à l’obsolescence plus que programmée.

Il faut le reconnaître, le nouveau KEY2 a beaucoup de charisme. Successeur du KEYOne, sa silhouette s’est forgée et affinée, perdant ses rondeurs et un peu de poids en même temps. Sobre mais chic avec son cadre en aluminium, ses touches noir mat et son revêtement emblématique au dos.

Ainsi, sa prise en main et sa manipulation en sont des plus délectable notamment grâce à la saisie sur les touches qui se révèle être une onctueuse caresse pour les pouces.

BLACKBERRY RETURNS

Il fallait un lieu symbolique comme New-York pour présenter ce nouveau BlackBerry KEY2 et célébrer la renaissance d’une icône.

Et c’est au cours d’une cérémonie en grande pompes, avec un show à la Steve Jobs, devant un parterre de journalistes spécialistes qu’Alain Lejeune, Président de BlackBerry Mobile, l’affirme avec conviction « on reste à part, avec des valeurs claires et différentes » et d’enfoncer le clou « on croit au marché du clavier physique ». Cette annonce sonne comme une profession de foi mais également vient confirmer l’orientation de la stratégie BlackBerry Mobile.

Le clavier physique, c’est l’essence, la singularité et la précision de ce téléphone. Permettant toujours le défilement tactile à travers les pages, sans toucher le bel écran juste en glissant le doigt sur les touches, et le déverrouillage à empreinte digitale via la touche espace. Puis il y a le Speed Key, cette nouvelle touche qui vous permet de changer d’application instantanément sans repasser par l’écran d’accueil.

DE NOMBREUX ATOUTS MAIS LA SÉCURITÉ AVANT TOUT

6 Go de mémoire vive, offrant une capacité de stockage de 64 Go, emplacement double SIM et pouvant accueillir une carte MicroSD jusqu’à 2To. Ce nouveau BlackBerry reste avant tout le meilleur allié en productivité grâce à une super batterie qui se charge ultra rapidement grâce au mode Boost et pouvant tenir jusqu’à deux jours. En terme de sécurité, où il excelle particulièrement avec l’application DTEK qui vous prévient en cas d’activité anormale, mais également de suivre en détail tout ce qui se passe sur votre téléphone.

Locker, pour la sécurité des fichiers et enfin le Privacy Shade votre allié confidentialité… Et pour parachever la sécurité, un OS certifié BlackBerry Mobile, dont le siège est au Canada, qui travaille en tandem avec TCL pour aboutir à « l’appareil mobile le plus sécurisé au monde ». On ne change pas une équipe qui gagne.

LA PROPHÉTIE BLACKBERRY

Hélas, vous ne m’entendrez point m’étaler sur la pléthore d’options et points forts de ce BlackBerry. Ceci risquerait de rendre fortement jaloux certains idéologues, voulant imposer leur diktats de l’usage des smartphones, qui me taxeraient d’être actionnaire du téléphone à la mûre.

Dans un monde de la téléphonie mobile où règne un ennuyeux duopole peinant à se distinguer, plongeant dans l’obscurité des utilisateurs contraints à consommer des appareils similaires, dont l’innovation est nulle.

En dépit d’être considéré comme un mal aimé. Conscient de cette image, BlackBerry prend le pari de l’autodérision dans leur sport publicitaire et se joue des préjugés en toute maturité.

Une belle preuve de courage et sagesse pour le précurseur du smartphone qui n’a rien à prouver et qui sait garder toute sa modestie. Revenant tel un héros, au moment où l’on s’y attend le moins, réussissant avec brio l’épreuve du feu, face à ses concurrents, désormais il ne lui reste plus qu’à braver l’épreuve de l’eau — avec pourquoi pas, un futur téléphone étanche — pour s’illustrer. KEYOne, KEY2… Jamais deux sans trois. Voilà, probablement le prochain défi pour le futur BlackBerry KEY3 afin de s’illustrer et devenir a fortiori un super héros invincible.

Daniel Latif

Journée mondiale de la radio : quand la FM erre

Il paraît qu’aujourd’hui c’est la journée mondiale de feue la radio. Pourquoi — feue — ? Car plusieurs personnalités du monde radiophonique ont orné leur murs Facebook de photos rétro Ô combien kitschissimes d’eux-même au micro de radios d’antan comme si l’on ressortait les souvenirs d’un patrimoine tombé dans l’oubli…

Il paraît qu’aujourd’hui c’est la journée mondiale de feue la radio. Pourquoi — feue — ? Car plusieurs personnalités du monde radiophonique ont orné leur murs Facebook de photos rétro Ô combien kitschissimes d’eux-même au micro de radios d’antan comme si l’on ressortait les souvenirs d’un patrimoine tombé dans l’oubli.

Ainsi, la directrice de l’UNESCO, Audrey Azoulay, invite toutes les stations à célébrer cette occasion « à travers la couverture sportive ». Soit. N’ayant aucun poste de radio à la maison, j’ai décidé de prendre ma voiture, de faire un tour du périphérique puis de circuler dans Paris aux heures de pointes — pour le côté sport.

Je cherche le bouton FM à travers les menus de la voiture. Ah ! Le voilà, ça faisait une éternité que je ne l’avais pas sollicité. Je balaie les fréquences mais le poste ne reconnaît aucune station. Je grommelle, je continue à rentrer les fréquences, 100.3 FM, ma référence d’ado, c’est NRJ… Rien ! Europe 2, euh non, Virgin, 103.5 FM, rien… Bon valeur sûre de chez sûre France Info 105.5 FM et rien. Serait-ce la neige qui a encore perturbé les fréquences ? Je jette un œil sur le toit de mon auto, on m’avait volé mon antenne radio.

Je fonce chez « la patte de l’expert ». 30 balles, quand même ?! « D’un côté, qui écoute encore la radio ? » me lance le vendeur. En tant que grand passionné de radio, je lui rétorque que beaucoup de français l’écoutent encore. Certes, par dépit, dans les bouchons, quand le forfait data a été épuisé par les Apple Music, Spotify et autres Deezer, quand on fait le plein chez Total ou ses courses au Super U. Allez, soyons sport, pour une fois soyons un peu nostalgiques…

Me voilà reparti avec dans les bouchons franciliens, plus concentré sur le zapping des radios que sur ma conduite. À la recherche d’un programme un tant soit peu intelligible et audible, parmi foison de radios dont la qualité est inaudible, aux écrans publicitaires irritants, annonces farfelues et hits insupportables… J’ai fini par mettre France Info, après cinq minutes de sinistrose, la même actu en boucle et ce jingle oppressant… J’ai tout simplement coupé la radio et j’ai mis ce bon vieux CD de Nelly Furtado, qui traînait dans la boîte à gants. Le deuxième morceau s’enchaîne : « Shit on the radio ». Whoa Nelly !, c’est le titre de l’album, il date de 2001. Sans doute, un titre prophétique qui annonçait déjà, à l’époque, l’âge où la radio a commencé à sombrer dans l’ère du déclin.

Daniel Latif

« J’ai un nouveau BlackBerry ! »

Imaginez la tête de mon entourage lorsqu’ils ont aperçu l’étonnant mobile dans mes mains :
« Ah ! Enfin, tu as changé de tél… ?!
– Oui, j’ai un nouveau BlackBerry ! »
Cette réplique, aussi surprenante que cela puisse paraître, n’est ni un oxymore, ni une blague.


Imaginez la tête de mon entourage lorsqu’ils ont aperçu l’étonnant mobile dans mes mains :
« Ah ! Enfin, tu as changé de tél… ?!
– Oui, j’ai un nouveau BlackBerry ! »

Cette réplique, aussi surprenante que cela puisse paraître, n’est ni un oxymore, ni une blague.

Après six ans de bons et loyaux services, mon BlackBerry Q10, n’a toujours pas rendu l’âme, contrairement aux nombreux iPhone qu’il a côtoyés.
Ayant survécu à de nombreuses chutes spectaculaires, deux élections présidentielles, françaises et étasuniennes, c’est vous dire la puissance du choc — et je ne vous parle pas des nombreuses moqueries et autres quolibets qu’il a notamment essuyés !

Six ans ! C’est long et ça a de quoi faire rager tous mes collègues qui, voyant le fidèle Q10 toujours aussi vaillant, voulaient se cotiser pour m’acheter un iPhone. Gardez bien cette généreuse intention, car elle vous sera des plus utiles lorsqu’il s’agira de remplacer le vôtre dans quelques mois, ou à la prochaine mise à jour !

Je me garderai de tomber dans l’éloge du KEYone, au risque de faire rager les aficionados de la Pomme ou passer pour un actionnaire de la marque. Mais il est difficile de ne pas s’enthousiasmer devant la résolution et l’affichage de l’écran, tout comme la qualité des photos capturées.

PLUS QUE DE LA FIDÉLITÉ, UNE CONVICTION

La sécurité est toujours au cœur des préoccupations chez BlackBerry mobile qui se targue de produire « l’appareil mobile le plus sécurisé au monde ». Et pour cause, le téléphone est doté de l’application « DTEK » qui se charge d’analyser en permanence le téléphone et vous informe en cas d’activité anormale.

Fidèle à l’esprit BlackBerry d’antan, le KEYone est doté d’une LED, customisable, clignotant à souhait pour vous avertir d’un nouveau message ou toute autre activité que vous auriez pu rater sans avoir à déverrouiller le téléphone… c’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup !

Promis, je ne m’étendrai pas non plus sur le clavier intelligent, et l’on ne s’attardera point sur la sensation de caresse des plus agréables lors de la frappe… Je reste cependant bluffé par la durée de vie de sa batterie. Même quand j’oublie de le recharger, le lendemain, il tient la journée !

D’aucuns se réjouiront du fait que le KEYone soit 100 % Android. Les puristes reconnaîtront que la transition entre l’OS BlackBerry et Android reste quelque peu déroutante et nécessite un temps d’adaptation. L’avantage : on peut télécharger la ribambelle d’applications des plus inutiles sur ce bijou.

Autre nouveauté du KEYone, le déverrouillage à empreinte digitale qui est une option très pratique lors d’usage intensif. Dernière nouveauté majeure, le téléphone n’est plus fabriqué au Canada, mais en Chine suite à un rachat. La différence est des moindres, l’on passe ainsi de BlackBerry à « BlackBerry Mobile ».
Bref ! Il a presque tout d’un iPhone, sauf le manque d’authenticité !

DIFFÉRENT, MAIS PAS BÊTEMENT DIFFÉRENT

Un smartphone reflète la personnalité de son propriétaire. Des goûts et des couleurs, on ne discute pas. Mais dans un marché complètement uniformisé, le BlackBerry reste la meilleure alternative pour affirmer, plus ou moins, son caractère.

Son design sobre mais chic incarne l’état d’esprit de la mûre. Car BlackBerry Mobile n’a pas les mêmes ambitions qu’Apple avec son iPhone. Sa rareté, en fait un gage de qualité et lui confère du cachet. En effet, à titre de comparaison avec le nombre de mobiles en circulation, avoir un BlackBerry serait l’équivalent de voyager en Première classe à bord d’un avion, alors que l’iPhone, en raison de son incroyable popularité, conférerait un statut de voyageur en classe Business pour ne pas dire Premium économique.

Être différent, sans nécessairement vouloir être bêtement différent. C’est sans doute, ce qui fait l’essence du KEYone et a fortiori ce qui explique pourquoi — encore aujourd’hui — je persiste et signe avec mon BlackBerry !

Daniel Latif

Bravo les Jeux Olymfrics !

Bravo quoi ?
2024, les Jeux ne sont pas encore faits et on crie déjà victoire…

Bravo quoi ?

2024, les Jeux ne sont pas encore faits et on crie déjà victoire ?

Mais de quelle victoire parle-t-on ?

ET 2017, ON EN PARLE, SINON ?

Les coupes budgétaires, baisses des dotations de l’État ?

Les postes supprimés, la précarité salariale, la fermeture des bureaux de postes ?

Le recrutement des enseignants, de médecins, d’infirmiers et personnels hospitalier ? Et les casernes de pompiers et acteurs de l’urgence et du secourisme qui n’ont pas les moyens de renouveler leur matériel ?

La performance, la fiabilité et sécurité des transports en commun ?

Le nombre d’heures cumulées dans les bouchons ?

Quand il n’y a plus d’argent pour certains, il en reste toujours pour les encarts publicitaires. Allez, souriez et dites « bravo », « à nous les Jeux » Olymfrics !

Daniel Latif