Le rituel de l’Aston Martin

« Un monstre t’attend », me répond Étienne lorsque je lui annonce mon approche de la gare de Lyon. Pris dans une torpeur, je me souvenais de cette Porsche GT3 RS et j’essayais d’imaginer à quoi pouvait ressembler le deus ex machina qui pouvait m’attendre. Perdu dans mes pensées, je tombais nez-à-nez avec une créature aux allures chimériques. Une gueule béante aussi inquiétante que la figure de Nemesis dans Resident Evil. Une silhouette élancée qui fait ressurgir des réminiscences de créatures fantasmagoriques où s’entremêlent un félin qui se tapit, prêt à l’attaque et des lignes agressives qui lui forgent un corps de requin-tigre, le tout sculpté à la façon d’une batmobile.

« Fais pas semblant de ne pas me voir » soupire Étienne. Non pas que je ne reconnaisse plus personne quand je vois une Aston, mais difficile de ne pas être perturbé devant tant d’ostentation. En effet, cette divinité anglaise se prénomme DBS et porte la mention « ASTON MARTIN », c’est écrit ainsi sur son coffre.

Comme d’habitude, l’ouverture de la porte se fait en poussant délicatement la targette, pour ensuite la tirer vers soi. Entrer dans cette Aston Martin DBS c’est plus qu’un rituel, c’est une gestuelle synchronisée que seuls quelques connaisseurs maîtrisent : on pivote sur ses pieds afin d’y poser le séant en premier, puis l’on ramène les jambes naturellement, sans oublier bien évidemment le léger sourire et surtout, en dépit de l’assise ultra basse et la première chute quelque peu acrobatique, de garder l’allure flegmatique. Car, il ne faut pas l’oublier — ce n’est pas une surprise — en si bonne compagnie, on vous observe !

Démarrage canon et accélération catapulte, la simple balade se transforme en ballade avec un orchestre cylindrique en V12 de 725 chevaux. Un moteur 5,2l twin turbo qui vous mènera inévitablement à la prochaine station essence. Mais à ce prix-là, il vaut mieux oublier car quand on aime, on ne compte pas.

Le franchissement de dos d’ânes se fait en deux temps, d’abord les roues avant qui abordent le ralentisseur en biais puis l’on redresse aussitôt pour ramener l’arrière train. Un déhanché envoûtant qui a le don de ne pas laisser indifférent les passants, y compris les plus grands danseurs de l’Opéra Garnier.

Alors comme à l’habitude, nous mettons le cap sur l’obélisque qui règne en bas des Champs-Élysées où différents siècles de notre histoire se font écho. Au cœur de cette place de la Concorde, où règne le chaos du trafic et l’omniprésence des travaux, nous remarquons ces petits détails, sous le capot, qui rendent cette dame anglaise des plus raffinées comme ce bouchon d’huile couleur or ou cette plaque sur le moteur où est gravé le nom de l’ingénieur Paul O’Brien qui vient par sa signature attester la qualité du « fait à la main en Angleterre ».

Mathilde est venue de Bourgogne pour les vacances et pour l’instant, la seule attraction qui captive son attention ce sont ces étriers de frein rouge siglés Aston Martin. « Ah ! C’est pas très classe » me lance cette étudiante en mode, qui me voit peiner à sortir de la DBS Superleggera. Je l’invite donc à prendre place à bord et de tenter une sortie plus charismatique. En vain, l’étudiante avoue être  « déstabilisée » dans cet univers sulfureux, foisonnant de « boutons et commandes », où l’on est « assis plus bas que la porte »

Emma et Louise, sont Alsaciennes et ont subitement délaissé leurs trottinettes pour venir approcher ce cabriolet grisant. « Félin ou requin ? », à la question philosophique où je ne parvenais pas à m’accorder avec Étienne, elles ont tranché, ça sera « la tête d’un félin et le corps d’un requin ». Ne perdant pas le nord, les demoiselles s’installent à bord de la majestueuse et appairent aussitôt leur téléphone via Bluetooth pour se laisser bercer le temps d’un coup de cœur musical dans une parenthèse impromptue au son de Grace Vanderwaal –  Ur so beautiful.

Les deux places étant loin de se libérer, j’essaie tant bien que mal de m’installer à l’arrière dans un recoin avec des sièges trompe l’œil parfaits pour les enfants ou punir un ami…

La pluie s’invite soudainement. Or, nous sommes toujours en train de disserter sur la forme du museau dessinée par les nervures sur le capot en contraste avec ces branchies latérales et l’aileron arrière qui parachèveront la représentation d’un requin tigre. Et les filles recapotent incognito pour une immersion totale avec les enceintes Bang & Olufsen. 
Il est l’heure de repartir mais nos belles amies ne sont pas du même avis. « C’est difficile d’en sortir » se lamentent les demoiselles, nous faisant les yeux doux. Emma et Louise seraient-elles sujettes à une soudaine flemme aux allures de mauvaise volonté ou auraient-elles donc peur d’effectuer cette contorsion théâtrale afin de s’extirper du cabriolet ?  Probablement les deux… C’est sûrement ça le rite de l’Aston Martin !

Daniel Latif
Photos : Étienne Rovillé /DL /DR

L’arbre ou la pub ? La Mairie a tranché !

On pensait Paris libéré de ces panneaux publicitaires, eh non ! Les revoilà… Et ils ont fleuri à autant d’endroits stratégiques qu’ils en arrivent à gâcher de façon éblouissante l’harmonie de Paris et d’occulter toute vision à l’horizon.

Ainsi, et comme il n’y en avait pas déjà assez, voilà de nouveaux travaux, des trottoirs défoncés pour replanter ces panneaux qui furent enlevés suite à une décision de justice. Fini la rêverie et flânerie parisienne, maintenant place au lavage de cerveau marketing, au consumérisme compulsif puis à l’architecture capitalistique avec ce « mobilier urbain ».

LE RETOUR LA POLLUTION VISUELLE À PARIS

« Pourtant, nous sommes bien dans l’espace public, censé être notre espace, là où on est le plus légitime et ce dernier est exproprié par les multinationales » regrette Khaled Gaiji, porte-parole de Résistance à l’agression publicitaire, une association qui se bat depuis plus de 25 ans contre l’invasion publicitaire. 

Au sein de ce collectif qui prône la sobriété publicitaire l’on s’étonne d’une « mesure suicidaire de la Mairie de Paris avant les municipales ». En effet, la cause antipublicitaire, même si elle reste discrète, n’en est pas moins très populaire. Il n’y a eu « aucune concertation avec les maires d’arrondissements » déplore-t-on à la Mairie du 17ème arrondissement de Paris. En théorie, le Maire « se réserve le droit d’agir », en pratique les panneaux sont déjà installés !

Face au lobby des publicitaires et les politiques peu scrupuleuses des municipalités, les citoyens des villes se sentent trahis quand se dresse chaque jour un nouveau support commercial. Que ce soit sur des poteaux, les abribus, des façades, des monuments ou encore des chantiers… Revoilà une nouvelle publicité ! Mais le message de résistance des parisiens est des plus louables et honnêtes. Comme cette affiche adressée à la Ville de Paris : « les habitants du quartier ne veulent pas de panneau publicitaire mais un arbre ».

Daniel Latif
Photos : DL /DR

La bohème nautique n’existe plus

C’est un beau et grand voilier qui vient de faire son approche sur le port de Kaş, au Sud de la Turquie. Alex effectue la manœuvre d’amarrage. Imperturbable, mais non moins nonchalant, sa barbe bien fournie lui forge ce caractère de presque vieux loup de mer tandis que son regard perçant pourrait faire de lui l’effigie de ce mannequin en poster dans la chambre d’une adolescente.

Tant de charisme qui fait déjà saliver ces trois sulfureuses polonaises dont l’attention ne se porte plus que sur le skipper :
« Vous venez d’où ? Lui demande l’une d’elles
— De Corse… » lance-t-il fièrement.
Les yeux des filles scintillent aussitôt. 
— Que faites-vous dans la vie ?
— Je suis navigateur et poète, termine-t-il légèrement agacé par la question.
— Ça doit être la belle vie de voguer à travers le globe au gré de vos envies ? »

Taciturne, il sourit et reste pensif…

Certes, changer tous les jours de cadre et rencontrer de nouvelles personne c’est le bon côté de la navigation. Peut-être « un des derniers aspect qui persiste encore aujourd’hui ». Même s’il est passionné de nautisme, Alex regrette cette période où existait encore la « belle aventure » que tout le monde fantasme encore, cette « bohème nautique », aujourd’hui,  n’existe plus.

En effet, autrefois « on arrivait avec un rafiot ou un bateau des plus minimaliste et on se posait comme un pirate dans un coin du port ». Aujourd’hui, prendre la mer cela reste une grande aventure mais « c’est devenu une vraie industrie où tout est question de fric ». Il enchaîne du tac au tac : « entre les délais d’attente pour le contrôle d’entrée dans chaque pays, qui varient entre 4 à 5 heures, puis les taxes ainsi que les frais de ports qui peuvent atteindre les 1 000 euros. Tout ceci, ajouté aux frais de carburant mais aussi d’équipements. Sur ce bateau de 4 millions d’euros, il y a 400 000 euros juste pour les voiles. De surcroît, le bateau doit s’équiper d’un système de navigation GPS, d’un téléphone satellite et de radios pour être assuré, « les assurances sont très regardantes car ça chiffre très vite si tu abîmes le quai ou le yacht d’un voisin » précise le jeune capitaine. 

À la question de « l’écologie dans tout cela ? », il soupire et lève les yeux au ciel. Entre les plastiques des bateaux qui ne sont pas recyclables, les solvants de construction, la peinture au cuivre que l’on met sur les coques pour éviter que les algues s’accrochent, les particules de peintures sur la coque et enfin les diesels des bateaux…  « On est loin de préserver notre planète », se lamente-t-il. 

Ce qui le désole le plus lorsqu’il vogue, c’est qu’« il ne se passe pas deux secondes sans croiser un sac plastique y compris les déchets organiques qui ne se biodégraderont jamais ».

Et la carte postale paradisiaque d’une étape pour se baigner nu dans une eau bleue turquoise est aussitôt balayée par ce cliché qu’il montre sur son téléphone avec ces vingt bateaux en Grèce qui ont jeté leurs eaux sales en pleine mer : « tu ne peux plus te baigner, il y a des boulettes de caca partout ! »

Rares sont les moments de navigation où l’on jouit au gré du vent, au gré des courants… Et pour cause, la navigation est loin d’être un long fleuve tranquille. Il se remémore les conditions difficiles, ces moments où l’eau était mouvementée, ces états de fatigue qui mènent aux moments d’hallucinations que Homère retranscrit parfaitement avec Ulysse dans L’Odysée.

Tous ces petits détails qui ont le don de rendre cette mer des plus amères.

Daniel Latif
Photos : Alexandre Merlet /DR

Génération « porno-écolo »

Qu’ils sont imaginatifs ces créatifs de Pornhub. À l’heure où tout le monde s’affole pour la planète, voilà une curieuse entreprise reine de l’évasion fiscale — mais pas que — qui rentre dans le bal des tartuffes.

« Aider à protéger les plages et océans contre la pollution […] pour chaque vues, nous ferons une donation à Ocean polymers ». L’intention était bonne, certes ! Jusqu’à ce que n’apparaisse la condition pour un tel don : « regarder l’intégralité de la vidéo sur Pornhub ». Car la holding luxembourgeoise rappelle dans le générique de la bande-annonce sa devise : « Plus c’est sale, mieux c’est » et là, tout est parti en live.

Fier d’annoncer sa nouvelle production cinématographique « Le porno le plus sale » en collaboration avec « Léo et Lulu », un couple français qui se prétend amateur mais dont les équipements et la performance ont de quoi faire saliver les plus professionnels dans l’industrie du X.

Ce duo d’acteurs de films adultes — aussi romantiques, charnels et voluptueux que leur pseudonyme —  qui résume leur état d’esprit « voyager à travers le monde et baiser partout » n’a pas hésité à donner de leur corps sur une plage déserte. La mise en scène est des plus élaborées, les plans de coupes enchaînés à merveille mais l’on s’attardera sur l’illustration des plus pathétiques de la pollution marine avec ce poisson mort gisant entre deux bouteilles en plastique toutes neuves.

Premier geste pour l’écologie, ce placement publicitaire en plan serré de nos french lovers déambulant en maillot de bain, claquettes de piscine Adidas sur le sable de cette plage abandonnée. Plus ils progressent à travers un banc de déchets plastiques, débris et de bouteilles de lessives, etc. plus l’excitation grimpe… La musique d’ambiance vous prend comme dans un film d’horreur et puis soudain, le climax : une bouteille de Coca-Cola qui donne le la aux festivités.

À défaut de prendre les déchets en main, Lulu prend le sexe de Léo en bouche. Copulant aux côtés d’hommes en combinaison contre les risques chimiques siglée Pornhub, équipés de masque de protection respiratoire. Le genre de personnage qui te fait rapidement comprendre que tu n’es pas vraiment au bon endroit et encore moins dans la meilleure des tenues. Loin de se poser les bonnes questions, Léo et Lulu commencent les préliminaires tandis que les figurants ramassent laborieusement ça et là ces déchets étalés sur le littoral.

NETTOYER LA PLANÈTE LE TEMPS D’UNE BRANLETTE

Après cinq minutes de préchauffage, le jeune Léo, au membre impressionnant mais qui peine à se raidir, s’extasie : « ah putain, finalement ». La suite ? Les mots-clés référencés sous la vidéo résument bien les 4 minutes 55 — montre en main — qui suivent : « blonde », « exclusif », « 60 images par secondes », « grosse bite », « hard », « jolie fille », « modèles vérifiés », « publique », « éjac »

Les hommes en combinaison ont terminé leur boulot. Pas un regard, ni même une considération et encore moins un merci de la part des jeunes exhibitionnistes qui partent aussitôt prendre un bain en mer.

Un court métrage grotesque rivalisant fantastiquement avec Cinquantes nuances de Grey qui laisse à désirer eu égard les prises de vues insipides et caricaturales : très gros plans, une fornication déliquescente, dépourvue de sens et encore moins de cadrage. En effet, les jeunes amoureux tiennent à préserver leur anonymat. Soit.

Au-delà d’un porno normé, « Léo et Lulu », les nouvelles idoles des 18-25 ans, ont sans le savoir, lancé une nouvelle vague du « porno écolo ». Une tendance dont découlera très certainement l’émergence de nouveaux producteurs qui exploiteront un nouveau filon : le porno Bio.

Daniel Latif

Le mystère de la borne WiFi fantôme

« Mais non, les RG sont pas aussi cons pour faire un truc comme ça » se raisonne Gilles. L’idée était quelque peu surréaliste. Toutefois, l’hypothèse de la fausse borne Wifi utilisant le même nom dans le but d’espionner l’activité du trafic réseau et de récupérer les identifiants de connexion au sein de cette entreprise réputée était plausible.

Après avoir procédé au renouvellement de l’infrastructure des serveurs et du réseau sans fil, Gilles, expert informatique chez Wolface, avait remarqué une activité suspecte. En effet, sur son écran, apparaissait cette borne Wifi de la marque Cisco qui continuait à émettre et se faire passer pour un réseau de l’entreprise. Les techniciens de maintenance informatique permanents sont formels : « c’est impossible ! ». Inconnue au cahier des charges — qui en répertoriait un total de 15 réparties à travers les quatre étages de l’immeuble — le voici confronté à une mystérieuse énigme de la borne numéro 16.

Assis devant les 15 anciennes bornes déconnectées, Roman était plongé dans une torpeur à l’idée de faire une telle découverte. Voulant brasser toutes les possibilités, Gilles évoque un éventuel signal fantôme à « effet de latence comme lorsque tu regardes une étoile dans le ciel. Elle brille alors qu’en fait, elle est déjà morte ».

D’après le moniteur et après quelques déductions avec le numéro de série, la borne wifi devrait se trouver entre le premier et le troisième étage, « à proximité de l’ancien emplacement de la Borne 11 ».  En dépit de l’indication vague, Simon, son collègue, partit aussitôt parcourir les bureaux : « j’ai ma petite idée, je crois savoir où elle se trouve ». inspectant les couloirs, scrutant attentivement les plafonds, persuadé qu’il parviendrait à mettre la main sur le boîtier douteux. 

Après plusieurs passages à travers les pièces, inspectant y compris dans les escaliers de secours tel un démineur. De retour à la case départ, suite à une chasse infructueuse, il croise Gilles, ordinateur portable en main, déambulant au gré de la puissance du signal émis par la borne clandestine.

C’est le moment crépusculaire. La borne reste toujours introuvable mais continue à émettre sur le canal 12. Roman, Simon tentent de rassurer Gilles : « La nuit porte conseil, allons manger et on verra demain ». En vain. En plein dîner, il quitta la table soudainement pour retourner dans les locaux de l’entreprise. Aux grands maux, les grands remèdes. Il imaginait une approche plus scientifique : la triangulation.

En théorie, il suffit de tracer un axe à partir de trois points différents où la réception du signal est optimale. En pratique, le bâtiment comporte plusieurs étage avec une autre extension côté rue. Un vecteur qui vient compliquer l’application d’un cas pratique bien connu des agents du CSA à la recherche de la provenance du signal de radios pirates.

L’ingénieur en informatique se mis en tête de coder une application radar sur son téléphone afin d’affiner ses recherches, en complément d’une localisation GPS. Commence ainsi, une traque de la borne fantôme qui se poursuivit jusqu’au petit matin. 

D’après les données récoltées tout au long de la nuitée, la borne se situerait au milieu du premier étage mais une fois sur place il perdait la trace du signal. Un casse-tête qui prit fin lorsqu’un de ses collègues évoqua l’immeuble côté rue. « On l’a pourtant visité hier ?
— Certes, mais on est allé au deuxième étage et on a oublié le premier ! ».

Les trois mousquetaires se regardèrent et bondirent de leurs chaises, courant à travers les escaliers, traversant les couloirs étroits. Ils arrivèrent devant une porte où il était inscrit sur une plaque « Direction ». Toc-toc, personne ne répond. Gilles ne tient plus, il ouvre la porte et tels des inspecteurs de police en pleine perquisition, ils surprirent deux employés : 
— Oui, bonjour ?
L’équipe qui ne s’attendait pas à croiser du monde à cette heure-ci, répondit vaguement : « On cherche une borne wifi ». Se contentant de pointer la borne fixée sur le pilier central, ne comprenant pas trop cette requête incongrue, les membres de la direction reprirent leur travail.

S’approchant impatiemment, Gilles réalisa que le boîtier gris suspendu n’était pas la borne recherchée. Dépité, il s’assit sur ce canapé, essayant de refaire le scénario depuis le début à la recherche du détail qui lui aurait échappé. Mais le jeune homme n’avait plus les idées claires et tout ce dont il rêvait à ce moment c’était un bon petit déjeuner puis d’un café. Inconsciemment, ses yeux se posèrent sur la machine à café et la bouilloire sur cette étagère Ikea. En dessous, des gâteaux dans une boîte métallique et à côté du miel… Brassant du regard les différentes cases, il aperçut une pile de papiers en vrac posés sur une boîte d’où émanait un faisceau lumineux vert. Incrédule, il se leva sans dire mot. Pensant qu’il était l’heure d’une pause café, Simon, Roman l’accompagnèrent de ce pas. Soulevant le paquet de feuilles, il découvrit enfin la borne WiFi tant convoitée. 

 « Mais non … » s’écria Roman, se saisissant du boitier afin de vérifier l’adresse IP. Son premier réflexe est de vouloir débrancher la prise Ethernet, en vain : « saloperie de câble, il ne veut pas sortir », agacé, il se saisit d’un tournevis et pète le câble. 

Après une recherche intensive et même si le signal de la borne wifi a disparu, les interrogations persistent. Espionnage industriel ou surveillance des salariés ? Pourquoi la borne n’était-elle pas référencée ? Peut-être servait-elle uniquement pour la machine à café ? Quoi qu’il en soit, le mystère de cette borne wifi fantôme reste toujours non élucidé.

Daniel Latif

« Ici, c’est Napoli »

« Il ne faut pas comparer par rapport aux autres villes que tu peux connaître » me prévient d’emblée Sybille, alors que nous venons de prendre place à bord d’un taxi à l’aéroport.

Assis à l’avant, j’observe ce scooter qui vient de s’arrêter à mon niveau. Deux amoureux, sans casque. Au guidon, un charismatique jeune homme en tee-shirt, prêt à démarrer en trombe, me lance un regard. Une proximité qui embarrasserait l’européen moyen et gênerait les scandinaves. On se regarde et spontanément l’on se dit : « ciaaaooo ! ».

Derrière lui, la demoiselle n’a d’yeux que pour son téléphone. Pianotant à deux mains, complètement absorbée, on admire la désinvolture de la sulfureuse qui ne craint encore moins de faire le sac de sable au premier coup d’accélérateur.

Arrivé devant l’église Sainte Marie, un homme m’observe, le regard défiant et plus qu’insistant. « Buongiorno » lançai-je aussitôt. Son visage s’adoucit et sa voix suave pleine de chaleur enchaîne : « bonjour, je m’appelle Gennaro, d’où venez-vous ?
— Parrigi, rétorquai-je fièrement avec mes maigres connaissances en italien
— Ah, j’aime beaucoup Paris, continue-t-il en français. Surtout le Paris Saint-Germain. C’est votre première visite ici ?
— En Italie non, mais ma première fois ici à Naples
— On n’est pas en Italie, ici c’est Napoli ! »

Car, ici, les portes — surplombées d’imposantes statues — sont hautes et impressionnantes, le porche annonce les prémices de grands palais. L’architecture est théâtrale, les églises foisonnent à chaque coin de rue, et les monuments d’une telle majestuosité qu’ils en ridiculiseraient les plus grands chefs-d’œuvre parisiens.

A Napoli, lors d’une remontée de rues pavées à l’ombre du linge étendu sur les balcons, vous vous enivrez d’une alliance de ces senteurs d’épices et parfums de lessives. 

« Dis-moi ce qui te fait plaisir et je te le cuisine ». On a beau croire qu’il faut s’adapter, mais, ici, on est aux petits soins lorsqu’il s’agit de gastronomie. Comme dans l’épicerie fine, Ciro Amodio, sur la Via Nardones, c’est le patron Enzo, qui prépare toutes les spécialités locales : tartines de tomates du Vesuvio, Mozzarella Bufala, aux côtés d’un très large choix de charcuteries ou encore les friarielli, ce légume typique napolitain.

« DIS-MOI CE QUI TE FAIT PLAISIR ET JE TE LE CUISINE »

Un peu plus haut dans la vieille ville, chez Nennella, une ancienne pizzeria, la Margherita est faite avec amour sous vos yeux en trois minutes pour 2,50 euros et l’ingrédient supplémentaire, c’est cadeau ! Un goût disproportionné eu égard son prix, mais surtout une véritable pizza à la cuisson parfaitement maîtrisée qui laissera toutes les autres versions que vous aviez dégusté en France à désirer.

Direction Sano sano. Y déguster une mousse de café glacée et pour les plus gourmands, l’incontournable glace italienne.

C’est la nuit à Napoli, les rues sont calmes et tout va bien. Il fait toujours chaud, en témoigne ces amoureux lovés qui « vont te faire un bébé sur le banc » s’amuse cette touriste française les regardant avec envie. Plus que de l’amour, il s’agit sans doute de passion, au sens le plus noble.

Le temps d’une déambulation nocturne afin de prendre le recul nécessaire et digérer la complexité et la beauté d’une ville des plus authentiques. 

C’est sûrement ça, la dolce vita.

Daniel Latif
Photos : DL/DR

Évasion estivale aux Beaux-arts

Ce sont les jours caniculaires et ce soir-là, aux Beaux-arts de Paris, pendant les portes ouvertes, tout était permis pour se rafraîchir. Les crèmes glacées faites maison ou l’ambiance pool party en maillot de bain autour d’une piscine gonflable n’ont rien changé à l’atmosphère et la chaleur accablante.

Plus loin, dans la cour, les visiteurs se trouvent médusés devant deux écrans télé derrière lesquels Pierlouis Clavel et Élise effectuent une performance derrière des grilles sur fond vert.

Pierlouis interprète A60, un personnage au côté brut, beauf et excessif qui ne parle de bagnole mais il est sensible et s’exprime dans un enclin mélancolique et poétique s’adonnant volontiers aux sonorités et autres figures de style : « j’ai 6 cylindres dans mon cœur. Passez moi vos 0-6 » chante-t-il.

Les spectateurs amusés se prennent au jeu et restent devant les écrans où l’on voit les artistes incrustés au volant d’une voiture rouge parcourant une forêt interminable. Plus qu’un montage ou un trompe l’œil, le spectacle d’improvisation fascine et produit « une véritable madeleine de Proust » décrypte Pierre Delmas, diplômé des Beaux-arts, qui se remémore le clip musical de Kraftwerk, Autobahn.

Dans l’audience, certains confessent leur envie de prendre la route, partir en voyage. D’autres, pris dans une torpeur, prennent au sérieux cette volonté d’échappatoire puis franchissent la grille pour prendre place à bord de l’auto virtuelle, prendre le micro.

« Je ferais chauffer et crisser les pneus, comme ils pleurent et chantent, 
Dans des paysages estival et chaud,
Le goudron nous brûle
Nous marque au fer
Quand on roule
Tout est houle
Le vent et les vagues
J’ai une vague idée de la route
Que je dois suivre pour la suite
Mais je vous invite dans mes berlines si sensible
Je serais votre guide » 

Une interaction à partir d’une grille rappelant la frustration de l’univers des circuits automobiles avec un écran qui a permis à A60 et Élise de présenter leurs musiques et leur univers dans un cadre en mouvement où l’on s’affranchit « du rapport de force que l’on retrouve dans un concert entre la scène et le public, on se protège de vous comme on vous protège de nous, comme des lions en cage »

Daniel Latif
Photos : DL /DR

Mazda MX-5 « 30e anniversaire » : que du lourd, rien de relou

« Quelle est ta préférée ? » me lança soudainement Lola, émue par ce défilé incessant de superbes cars et autres grosses cylindrées. Démonstration de force ou bisous sur les muscles, difficile de faire un choix… Puis, au milieu de cette parade, tout en me tendant le spray de crème solaire, arrive une trentaine de Mazda MX-5 : « voilà ma favorite ! » lui assuré-je.

De toutes les sulfureuses présentes sur le circuit de Zandvoort, Lola peinait à croire que mon cœur ne balançait pas pour ces Porsche GT3 RS, BMW March M1 ou encore cette Audi R8 Safety Car qu’elle ne cessait d’admirer. Qui aurait cru qu’un simple petit roadster, équipé d’un moteur 2.0L de 184 ch puisse déclencher depuis 1989 une passion chez les puristes de l’automobile ?

Et pour fêter ses 30 ans, et plus d’un million d’unités produites à travers le monde, Mazda a sorti une édition MX-5 spéciale « 30th anniversary » limitée à 3 000 exemplaires. Reconnaissable par son badge latéral et numéroté, mais surtout par sa couleur « Racing Orange » qui a le mérite de créer le débat. Au choix sur la palette colorimétrique, certains s’irritent d’y voir la teinte de « l’opérateur de télécommunication qui en a volé le nom », le coloris « des supermarchés Migros », l’enseigne « Point.P » pour ce Monsieur adepte du bricolage, tandis que cet aficionado du cabriolet la trouve « bourrée de vitamines » ou pour les plus enthousiastes, dont je fais partie : « Orange Lamborghini ».

La réussite et la longévité de ce que les intimes surnomment affectueusement la « Miata » serait le fruit d’une collaboration entre un « journaliste automobile et les ingénieurs de chez Mazda en vue d’élaborer le roadster prodigue » confesse Philippe Geffroy, Président de Mazda France, qui nous expose la recette du cahier des charges : « un design attractif, un poids contenu et une propulsion avec un moteur en position centrale à l’avant ».

Le résultat sur route est plus que bluffant et rend la voiture très agile, ce qui lui permet de tenir remarquablement bien l’allure dans les virages. Assis bas, très bas, on se prend au jeu de retrouver le fameux plaisir de conduire et de passer les rapports avec cette adorable, mais non moins précise et onctueuse, boîte de vitesse 6 rapports.

Lorsque vous pénétrez à bord de la Mazda MX-5, édition 30ème anniversaire, vous avez cette sensation de vous lover dans une voiture où règne le cuir et l’alcantara avec cette touche discrète des surpiqûres s’étendant le long des portes puis le volant en passant par le levier de vitesses — poussant le souci du détail jusqu’à customiser les étriers de freins à disque Brembo en orange également. Toute cette architecture optimisée, pour le plaisir de conduire, répond à un état d’esprit propre au constructeur japonnais : « jinba ittai », autrement dit : la volonté de faire corps avec la voiture.

Elle a ce côté qui rappelle un bolide de course, mais ici, ce serait un jouet qu’on n’aurait pas envie de mettre sur un circuit. Un cabriolet donnant l’envie de s’échapper, partir en road-trip à travers ces villages et montagnes sur la route des Grandes Alpes. Voir les paysages défiler, s’arrêter puis observer ce troupeau de moutons et prendre le temps de s’émerveiller devant les pâturages. Se plonger dans les Rêveries du conducteur solitaire à bord d’une Mazda MX-5 et en croiser cette dame à bord d’une MX-5 de génération précédente, qui ne manquera pas de vous saluer spontanément. À La recherche de ce truc perdu, ce petit signe de reconnaissance qui vous fait ressentir plus que de la chaleur humaine : l’esprit de famille. Voilà de quoi très certainement inspirer Claude Lelouch dans le tournage d’un prochain long métrage, qui sait ?

Partir à montagne ou la mer, peu importe, pourvu que l’on décapote. Insouciants, cheveux aux vents, avec le bon son des neuf enceintes Bose — y compris dans les oreilles grâce aux haut-parleurs intégrés dans les appuis-tête. Tout cela, évidemment, sans oublier de se protéger… au risque de cramer et devenir orange comme la bagnole !

Daniel Latif
Photos : DL /DR

Mission « Fluctuat nec mergitur »

L’eau qui s’écoule dans le caniveau est devenue verdâtre, virant par endroits au marron. Un amas d’algues, de déjections, on l’espère, canines — qui ont visiblement bien fermenté  — s’agglutine entre les roues des Vélib’ faisant barrage par la même occasion aux innombrables mégots ainsi que divers détritus… Certains se surprennent à marcher dans une flaque. En effet, le débit étant tellement important que ce torrent sort de son lit puis établit sur le trottoir une mare où les enfants s’amusent à tremper la main, elle a l’air bonne !

Deux amoureux intrigués demandent au restaurateur si la bouche de lavage est active depuis longtemps ? « Plus de 15 jours » selon ses dires, puis il continue : « la mairie a été appelée à trois reprises », cependant l’eau coule toujours.

Ce n’est pas par conviction écolo mais plutôt avec bon sens, que ces jeunes se mirent en tête de chercher une pince pour fermer cette vanne. Après avoir arpenté les alentours, à la recherche d’une quincaillerie, ou d’un artisan susceptible d’avoir l’outil prodigue. Ils rencontrent Jeff, ce fameux restaurateur qui leur propose une pince et un marteau. Touché du fait qu’ils soient chagrinés par une fuite qui ne concerne aucunement leur immeuble, il abandonne son établissement et tient à les accompagner dans cette quête des plus honnêtes.

Remontant tous ensemble les deux pâtés de maisons pour atteindre la source qui verse à flots.  

Dix minutes de tentatives infructueuses, où Jeff se blesse et s’ouvre la main, il persiste, un jeune homme prend le relais, en vain, la pince n’accroche pas en raison de l’abondance ce qui empêche une bonne prise.

Une voiture d’agents de la police municipale de la Mairie de Paris passe et observe le petit ruisseau mais repart aussitôt.

Le jeune homme prend la direction du commissariat, à deux pas de là. Sur recommandation d’un policier, il appelle les pompiers et se fait rembarrer ainsi « ce n’est pas de notre ressort, voyez avec la Mairie, nous on n’a pas le temps de s’occuper de ça ». Les hommes du feu devaient être sûrement débordés dans les préparatifs du Bal des pompiers qui a lieu en cette veille du jour de gloire !

Enfin, un policier du commissariat, sensible à cette démarche décide d’appeler avec sa hiérarchie la mairie, ils promettent d’intervenir. Huit heures plus tard, après avoir activé de nombreux leviers, l’eau a cessé de couler.

Mission extraordinaire terminée — avec mention « Fluctuat nec mergitur ».

Bien joué, Messieurs les policiers !

Daniel Latif
Photos : DL /DR

Carte postale automobile

Je reçois ce sms mystérieux d’Étienne : « possible que je fasse une session photo Paris by night » . Le rendez-vous est pris place de la Concorde.

C’est le moment crépusculaire, Étienne, appareil photo en main, est déjà en train d’immortaliser la Porsche GT3 RS dans cette place aménagée exclusivement pour les automobilistes. « On ne sait pas faire des places à Paris, il n’y a plus cette place où l’on se rencontre » regrette Alex, ce natif parisien en pleine déambulation. En effet, il reste très difficile pour les passants de saisir et apprécier cette place où l’on a vue à la fois sur l’Assemblée nationale, la tour Eiffel, l’ambassade des États-Unis d’Amérique, l’Automobile Club de France, l’église de la Madeleine, le jardin des Tuileries et trois immenses bâches publicitaires pour le dernier téléphone Samsung Galaxy.

Trois étudiants en école d’ingénieur aéronautique, en train d’admirer chaque angle de la sulfureuse, dissertant sur les mécaniques de la GT3 RS ont fini par s’interroger pour savoir si le prix des trois immenses pancartes publicitaires qui brisent l’harmonie de ce beau Paris la nuit pouvait couvrir les frais d’acquisition d’une telle supercar.

Le soir, le charme opère dans la capitale. La circulation est fluide, on reprend plaisir à se déplacer à travers la ville.

ILS N’ONT D’YEUX QUE POUR ELLE…

Qu’ils soient parisiens, policiers, de passage, passionnés, touristes et même experts, comme ce pilote qui travaille pour le constructeur allemand… ils n’ont d’yeux que pour elle ! Mais ce sont essentiellement des femmes, qui veulent absolument avoir leur photo aux côté de ce bijou automobile.

Tous, on fait le détour et pris le temps de venir l’admirer, l’approcher, discuter puis saisir cette carte postale automobile d’une Porsche GT3 RS dans Paris, la nuit.

Nous prenons la direction de la rue Mouffetard. Tous les commerces sont fermés, les quelques lanternes éclairent les poubelles disséminées ça et là devant les rideaux de fer. Bercé par la généreuse mélodie du 6 cylindres de 520 chevaux qui résonne sur les pavés et façades extérieures. Il est minuit passé, l’heure est à la flânerie pour ces couples qui défilent dans ce  cadre singulier qui rappelle l’ambiance ténébreuse du jeu vidéo Batman returns sur Super Nintendo. Soudain, surgit à l’angle de la rue de l’Arbalète cette femme tout droit sortie d’un Cosplay habillée en Harley Quinn, qui, scotchée au téléphone s’interrompt et lance : « attends, je te laisse, il y a une voiture… euh, je te rappelle ! ».

harley quinn

Aussitôt elle enchaîne : « Oh hé, salut bébé ! ». La glace est aussitôt brisée. Puis, cette étudiante à la Sorbonne nouvelle soulève sans le savoir une question certes anodine mais non moins philosophique : « M&M’s ou Wasabi ? ». Nous consultons le regard professionnel du photographe, la réponse fuse : « wasabi ! ».

Le débat est lancé, les passants sondés et les réponses ont de quoi déconcerter : « Tortue Ninja, mojito, guacamole ou pomme granny »
Et voilà comment une créature à l’aileron notoire a, l’espace d’une nuitée, intrigué, rapproché les gens, amusé et surtout fédéré les couples dans une vision surréaliste de l’amour qu’ils auront immortalisé à la façon d’une carte postale où l’élément central n’est ni une place, ni un monument mais ni plus ni moins qu’une automobile. Maintenant place à l’amour.

Daniel Latif
Photos : Étienne Rovillé /DL /DR