Génération « porno-écolo »

Qu’ils sont imaginatifs ces créatifs de Pornhub. À l’heure où tout le monde s’affole pour la planète, voilà une curieuse entreprise reine de l’évasion fiscale — mais pas que — qui rentre dans le bal des tartuffes.

« Aider à protéger les plages et océans contre la pollution […] pour chaque vues, nous ferons une donation à Ocean polymers ». L’intention était bonne, certes ! Jusqu’à ce que n’apparaisse la condition pour un tel don : « regarder l’intégralité de la vidéo sur Pornhub ». Car la holding luxembourgeoise rappelle dans le générique de la bande-annonce sa devise : « Plus c’est sale, mieux c’est » et là, tout est parti en live.

Fier d’annoncer sa nouvelle production cinématographique « Le porno le plus sale » en collaboration avec « Léo et Lulu », un couple français qui se prétend amateur mais dont les équipements et la performance ont de quoi faire saliver les plus professionnels dans l’industrie du X.

Ce duo d’acteurs de films adultes — aussi romantiques, charnels et voluptueux que leur pseudonyme —  qui résume leur état d’esprit « voyager à travers le monde et baiser partout » n’a pas hésité à donner de leur corps sur une plage déserte. La mise en scène est des plus élaborées, les plans de coupes enchaînés à merveille mais l’on s’attardera sur l’illustration des plus pathétiques de la pollution marine avec ce poisson mort gisant entre deux bouteilles en plastique toutes neuves.

Premier geste pour l’écologie, ce placement publicitaire en plan serré de nos french lovers déambulant en maillot de bain, claquettes de piscine Adidas sur le sable de cette plage abandonnée. Plus ils progressent à travers un banc de déchets plastiques, débris et de bouteilles de lessives, etc. plus l’excitation grimpe… La musique d’ambiance vous prend comme dans un film d’horreur et puis soudain, le climax : une bouteille de Coca-Cola qui donne le la aux festivités.

À défaut de prendre les déchets en main, Lulu prend le sexe de Léo en bouche. Copulant aux côtés d’hommes en combinaison contre les risques chimiques siglée Pornhub, équipés de masque de protection respiratoire. Le genre de personnage qui te fait rapidement comprendre que tu n’es pas vraiment au bon endroit et encore moins dans la meilleure des tenues. Loin de se poser les bonnes questions, Léo et Lulu commencent les préliminaires tandis que les figurants ramassent laborieusement ça et là ces déchets étalés sur le littoral.

NETTOYER LA PLANÈTE LE TEMPS D’UNE BRANLETTE

Après cinq minutes de préchauffage, le jeune Léo, au membre impressionnant mais qui peine à se raidir, s’extasie : « ah putain, finalement ». La suite ? Les mots-clés référencés sous la vidéo résument bien les 4 minutes 55 — montre en main — qui suivent : « blonde », « exclusif », « 60 images par secondes », « grosse bite », « hard », « jolie fille », « modèles vérifiés », « publique », « éjac »

Les hommes en combinaison ont terminé leur boulot. Pas un regard, ni même une considération et encore moins un merci de la part des jeunes exhibitionnistes qui partent aussitôt prendre un bain en mer.

Un court métrage grotesque rivalisant fantastiquement avec Cinquantes nuances de Grey qui laisse à désirer eu égard les prises de vues insipides et caricaturales : très gros plans, une fornication déliquescente, dépourvue de sens et encore moins de cadrage. En effet, les jeunes amoureux tiennent à préserver leur anonymat. Soit.

Au-delà d’un porno normé, « Léo et Lulu », les nouvelles idoles des 18-25 ans, ont sans le savoir, lancé une nouvelle vague du « porno écolo ». Une tendance dont découlera très certainement l’émergence de nouveaux producteurs qui exploiteront un nouveau filon : le porno Bio.

Daniel Latif

Ça va péter ! L’ultime atome est lancé…

Ça va péter ! Le titre annonce déjà la tonalité de la pièce de théâtre écrite par Maxime Greslé. Ce dernier accompagné de sa troupe, la Compagnie les 3 portes, monte sur les planches du Guichet Montparnasse pour mettre en garde sur les prochaines catastrophes écologiques à venir sur terre.

Aux côtés de son ami Cédric Taillon, Président d’une association écologique, ils se battent contre le projet d’implantation d’une centrale nucléaire. Maxime est un militant écolo, arborant foison de macarons et pin’s revendiquant ses engagements Agriculture Biologique, Anti OGM, Recyclage, etc. Il incarne la figure de pédagogue qui n’hésite pas à faire culpabiliser son entourage, y compris la Baronne von Derrière, une fervente écolo interprétée par Solenn Beauvais, en condamnant toutes leurs mauvaises habitudes au quotidien.

Ça va péter ! est une véritable réappropriation contemporaine et dynamique du théâtre de Boulevard, avec son dessein de divertissement, mais conserve cependant une forte tendance moralisatrice véhiculée tout au long de la pièce. En effet, l’auteur arrive, grâce à un procédé de mise en abyme, à donner un cours à sa secrétaire, Anne Vaillant, sur le tri des déchets à la manière de C’est pas sorcier puis entraîne le spectateur à travers un quizz saugrenu qui allie un mélange de Questions pour un Champion et de Qui veut gagner des Millions où le public participe à la pièce et donne son avis.

Les plus écolos seront sans doute ravis d’entendre qu’il est préférable d’oublier “les vacances à l’île Maurice” car “trop loin” et que “l’avion” rime avec “pollution” alors qu’il y a plein de belles destinations tout près de chez nous desservies en train. Les moins extrêmes seront surpris d’apprendre qu’un mégot de cigarette suffit à “polluer 500 litres d’eau” et que “rien ne vaut une bonne petite pipe”. De nombreux exemples ludiques sont parsemés dans la pièce, servis par Maxime qui a le don de les sortir dans les moments les plus inattendus. Suite à la réception d’une lettre anonyme contenant une menace de mort, ce dernier se lamente sur le fait que l’expéditeur ait utilisé « du papier non recyclé” ou encore lorsqu’il se fait braquer une arme contre lui, de lancer : “vos balles contiennent-elles du mercure ?

Hasard du calendrier ou prophétie de l’auteur, six jours après la première mise en scène au théâtre des Deux Rêves, le réacteur nucléaire de Fukushima se fissurait… Deux semaines après leur première représentation au Guichet Montparnasse, c’est un autre incident nucléaire qui se produit à Marcoule.

A une époque où la “Nicolas Hulot attitude” a tendance à lasser l’opinion, Maxime Greslé se félicite sur le choix épineux du thème autour duquel la pièce tourne : “On n’est pas démodés !” lance-t-il en rigolant. Il reconnaît qu’il partage la même idéologie que le personnage éponyme qu’il incarne, tout en étant un brin moins zélé. “Hélàs, je ne suis pas un bon exemple, avoue Maxime, j’ai des petites failles, je suis un accro du portable.

Ca va péter ! est une pièce dynamique à l’intrigue bien ficelée et aux nombreux coups de théâtre, mise en scène par Mélody Garotin, “avec des acteurs pas connus”, comme le dit Cédric Taillon, mais dont la performance épate. Une comédie de la Compagnie les 3 portes qui leur ouvrira un brillant avenir sur les planches.

Les mercredis, jeudis, vendredis et samedis à 22h
au Guichet Montparnasse