Ma première fois… dans un Lounge

Il faut se réjouir si vous n’avez que deux terminaux à traverser pour rejoindre le Lounge KLM à Amsterdam Schiphol. L’aéroport étant tellement grand que si vous n’avez qu’une heure de correspondance, l’escale au Lounge peut rapidement se transformer en marathon. Ce jour-là, je suis large, j’ai plus de 4 heures de correspondance, c’est mon anniversaire et le vol que je m’apprête à effectuer va me permettre de passer au statut Gold.

J’arrive devant l’hôtesse KLM, une blonde reconnaissable avec sa tenue bleue emblématique. Je fais les yeux doux et lui explique ma situation, essayant de l’amadouer afin d’obtenir ses faveurs. Aussitôt, un grand sourire s’affiche sur son visage : « Ohhh, félicitations M. Latif et un très joyeux anniversaire alors ! » s’enthousiasme-t-elle. Puis, soudain, l’air grave, elle enchaîne : « malheureusement je ne peux vous faire rentrer dans le lounge et même si vous payez, vous devrez attendre deux heures, car nous sommes en heure de pointe… ».

Si près du but, quelle frustration…

Abasourdi par la rigueur néerlandaise et l’absence d’humanisme de l’hôtesse, je fais demi-tour et ressors. Je ne me dégonfle pas pour autant, et demande au premier passager qui se dirige vers le salon : « puis-je être votre invité ?
— Bien sûr !

Sans même expliquer quoi que ce soit, nous nous dirigeons vers le comptoir, devant la même hôtesse et le jeune homme lui lance : « c’est mon invité ! »

L’hôtesse sourit jaune, me fusille du regard, mais ne dit mot. J’étais un peu gêné toutefois je bouillonnais intérieurement de joie, pour ne pas me confronter à un éventuel deuxième refus.

Ça y est, je pénètre enfin dans mon premier Lounge. Un salon aux allures de Star Trek avec un look faussement futuriste de l’époque qui a très mal vieilli. Il y a de tout : des fauteuils, des canapés, des espaces de travail, des douches, qui ne donnent guère l’envie d’y mettre un doigt de pied, un fax ! — qui ne fonctionne plus, mais qui atteste bien que la décoration ainsi que le mobilier date du siècle dernier. Au fond, vous l’aurez rapidement senti, c’est le coin fumeur. Une bulle d’où s’échappe continuellement les émanations des passagers neurasthéniques à chaque va et vient.

Enfin, il y a cette cuve en inox, sous verre reliée à un tuyau menant à un robinet à pression. L’installation — factice — est toutefois, impressionnante. Normal, c’est Heineken qui régale. Une marque que je suis loin d’affectionner mais comme c’est local, je me laisse tenter. Il y a même un manuel qui vous explique comment servir la bière parfaitement, du rinçage de verre jusqu’au service.

Une blonde quelque peu décevante pour couronner ma première fois, mais surtout une bière reflétant harmonieusement bien l’ambiance régnant dans ce salon à Amsterdam, et qui de surcroît est à l’image de mon nouveau statut Gold : somme toute assez banale. Pour une première expérience, c’est raté.

Allez Proost ! comme diraient les aficionados d’Heineken, et salut la compagnie !

Daniel Latif

Air France is in the air : mi pub, mi… Traîtrise !

Cela faisait quelques temps que Mr & Mrs Smith dansaient sur la corde raide. Eu égard de la délicate position et la posture non moins académique qui invite à la décadence, il est toutefois difficile de qualifier la danse à laquelle notre couple s’adonne. S’agit-il d’une Rumba ? Serait-ce du Paso Doble ? Même Mia Frye et Wade Robson ne savent plus trop sur quel pied danser… Le petit chaperon dont le manteau rouge Tango, bière et sirop de grenadine, fait Air France is in the air Mobiledéjà saliver notre jeune cavalier à la veste couleur Valse, ce mélange de bière et menthe, qui laisse Madame sceptique.

« EN VUE DU DÉCOLLAGE DES BÉNÉFICES, NOUS VOUS PRIONS DE VOUS SERRER LA CEINTURE »

Car notre Dame a l’habitude de chaperonner ces Messieurs. En effet, elle est à la direction d’une entité où l’humain n’est que sa ressource. Ces élégants stewards, elle les collectionne, les fait défiler, tourner en bourrique — au gré de ses humeurs et besoins — elle a l’embarras du choix. Protégeant jalousement de la main droite sa cassette dorée, qu’elle a enchaîné à son cou, elle en appelle à la retenue : « nous vous prions de vous serrer la ceinture ». Le jeune homme qui se voyait déjà naviguer en Concorde se retrouve cloué au sol. Fini la période faste et les avancées technologiques, l’heure est aux petites économies. Son bras droit, pilier vital servant d’appui à l’administration exécutive, devra désormais composer de la main gauche… Et une chose est sûre, Monsieur est loin de mener la danse.

« PNC À LA PORTE… DÉSARMEMENT DES SLOGANS… VÉRIFICATION DE LA COHORTE OPPOSÉE »

N’ayant que faire des revendications somme toute des plus légitimes « travailler plus, gagner plus », toujours dans le plus grand dédain, faisant mine d’écouter les caprices de son interlocuteur, elle dégaine son smartphone en guise de plan B « Et clic ! Je lui prends un billet ! » simple vers la première issue de secours… Ainsi, alors qu’elle a « en vue le décollage des bénéfices », le « PNC est à la porte ». Aussitôt, elle charme les syndicats et opère un « désarmement des slogans » puis dans la foulée « vérifie la cohorte opposée ». Et Hop! Bon vent. Quand le chat n’est pas là, les souris dansent. Désormais, elle peut pleinement s’affairer à s’envoyer en l’air.

Daniel Latif